Résultat de recherche d'images pour Mickaël BOULGAKOV, Le Maître et Marguerite (1939), traduit du russe, Pavillons Poche, Robert Laffont.

Un des sommets de la littérature russe du XXe siècle. Le diable descend sur terre et sème la confusion parmi les humains, qui finissent dans un asile d’aliénés. Les histoires se croisent et se décroisent. Drôle, onirique, halluciné.

Du mercure sous la langue par TrudelSylvain TRUDEL, Du mercure sous la langue (2004), Collection 10/18.

Livre flamboyant, drôle et lyrique des derniers jours d’un adolescent malade, dans le Québec des années 2000.

France, récit d'une enfanceZahia RAHMANI, France, récit d’une enfance (2006), Sabine Wespieser Éditeur. Le Livre de poche (2008)

Superbe récit, malgré l’écriture un peu
plate, d’une enfance dans les années 60-80 d’une fille de harki.

 

Résultat de recherche d'images pour John Kennedy TOOLE, La conjuration des imbéciles (1980), col. 10/18.

Le destin de ce livre burlesque est en soi une histoire romanesque. Les tribulations de ce personnage d’obèse méprisant, adonné à la masturbation, incapable de quitter sa mère, refusant d’aller vivre avec la femme qu’il aime, la farouche Myrna Minkoff, a valu une gloire posthume à son auteur, qui se suicida, déprimé par les refus réitérés des éditeurs. Sa mère réussit à placer le livre plus de dix ans après la mort de son fils. Le succès tant populaire qu’académique a transformé ce livre en classique.

 

 
 
Oreille rouge par Chevillard

Éric CHEVILLARD, Oreille rouge (2005), Minuit Coll. poche.

Un grand écrivain loufoque et sérieux, styliste, rhéteur, ingénieux, racontant (pas vraiment) les tribulations africaines d’un écrivain casanier.

Lisez son blog, véritable journal hors temps du siècle 21 : http://autofictif.blogspot.com/

Autres pistes et hors pistes

 

Résultat d’images pour r%E9quiem+des+innocaent

Louis CALAFERTE, Requiem des innocents (1952), Folio. Le récit de l’enfance horrible et joyeuse de l’écrivain dans un bidonville de Lyon. Force de l’écriture et du ton.

Résultat d’images pour le+livre+de+ma+m%E8re

Albert COHEN, Solal (1930), Folio. Un grand classique d’amour élégiaque et burlesque, entremêlé d’aventures judéo-suisses. Vous pouvez aussi vous plonger dans Le livre de ma mère, sur la mort et l’amour.

Jean-Pierre ÉNARD, Contes à faire rougir les petits chaperons (1987), Folio. Livre érotico-pornographique par un écrivain sensible et drôle sous des dehors de brute. À vous de découvrir ensuite son œuvre.

Afficher l’image source

Philip ROTH, Portnoy et son complexe (1969), col. Folio. Traduit de l’américain, ce récit d’un patient en analyse, emporté par son insatiable appétit sexuel, valut à Roth une célébrité sulfureuse et immédiate. Livre très drôle.

J.M. COETZEE. Auteur sud-africain au style sobre et efficace > effets grandioses. Prix Nobel de littérature en 2003. Lisez tout, en commençant par Disgrâce (2003), dans la collection Points / Seuil. Ou en anglais.

Jean-Luc BÉNOZIGLIO, Cabinet
portrait
(1980), Points /Seuil. Un homme déménage et, faute de place, range
son encyclopédie dans les toilettes communes aux locataires du palier de son
appartement parisien. Un portait de la France des années 80. Un ton
contemporain encore efficace.

Henri CALET, La Belle lurette (1935), Col. « L’imaginaire », Gallimard. Un grand
classique de la littérature sur une enfance marginale et populaire, aujourd’hui
reconnu par quelques curieux.

Arthur BERNARD, C’était pire avant (2002), Cent pages (micro éditeur enragé). L’auteur est un ovni au style imperceptible et décalé. Ce texte est un court pamphlet sur notre début de siècle. À lire un peu concentré. Ses romans sont excellents et déroutants. Essayez en bibliothèque La petite vitesse (1988), sans vous presser justement.