« Je me suis peu à peu rendu compte que la principale menace que fait peser l’approche centrée sur l’apprenant est d’ordre politique. S’il envisage d’y recourir, l’enseignant est confronté à la peur de partager pouvoir et maîtrise. Comment savoir si les élèves sont dignes de confiance ? Comment s’assurer de la fiabilité d’un processus ? Il faut se risquer, et le risque fait peur.

Mais l’éducation centrée sur la personne menace aussi l’élève : la docilité, et son cortège de jérémiades, est tellement plus facile que la prise de responsabilité et le risque d’erreurs, avec leurs incontournables conséquences. En outre, rompus à l’allégeance depuis la nuit des temps, les élèves n’aspirent spontanément qu’à la prolonger. »

(…)

Carl R. Rogers, L’Approche centrée sur la personne, Politique éducative (chap. XXII), traduction de Henry-Georges Richon, Éditions Randin, 2001.

L’énergie du jargonnage
Héberger l’autre en soi
Forêts inutiles
Aime ton lointain
« Co-vidons les esprits ! »
Carnaval et rouelle nasale
Chat gris, chat bleu
Valeur de l’incompétence
Dissent !
Hygiaphone

« Notre démocratie souffre-t-elle du coronavirus ? » Droit, éthique médicale et philosophie
Rétablir les faits sur l’épidémie de Covid-19
« ... conditionnement, mensonge...»
« Gouverner par la peur »
Communication anxyogène et morts d'isolement

Rien ne peut s’enseigner. Tout peut s’apprendre. Je ne crois plus aujourd’hui à l’utilité d’un savoir uniquement inscrit dans les esprits – le remplissage des crânes dociles – au détriment de la liberté et du désir d’apprendre, irréductiblement liés à notre action dans l’espace politique et social qui nous traverse de manière multiple et imprévisible.

RATER MIEUX
APPRENTISSAGE & ENTHOUSIASME
LES ÉCOLES FINLANDAISES
ORTHOGRAPHE & POUVOIR