© THOMAS SAMSON – AFP | 2018

Je reçois depuis deux mois une coulée de mails plus ou moins officiels auxquels je ne comprends plus rien.

Il y était récemment question de MU, de SHA et même de RA, d’ouverture et de fermeture, de consignes et de contre-consignes, de logistique et de technique, de borne de distribution, de droit d’entrée et de produits désinfectants, de fonction et de responsabilité, de livraison et d’intendance, de crise et d’opération, de solidarité et de bienveillance, de collègues et d’informations aussitôt affirmées, aussitôt remplacées par d’autres postures et d’autres invitations à cette confiance mutuelle si mal partagée.

J’ai renoncé à lire le charabia de cette nouvelle LTI, même en diagonale. Je me contente de la lire de travers. C’est une atteinte à la santé mentale – à ce qui nous reste d’esprit.

Ces flux dont la nécessité échappe à l’intelligence autant qu’à la situation disent très clairement que nos mots ont été covidés de leurs sens au point de ne plus être en mesure de retenir la moindre bribe partageable d’un monde qui nous était