À partir d’une situation réelle ou fictive (films réalistes, séries, entretiens, émissions), vous proposerez une analyse orale de la situation de communication choisie (travail individuel). Vous rendrez explicite ce que les paroles et les comportements suggèrent des relations entre les personnes en présence, en partant de la dynamique principale de communication à l’œuvre dans la situation choisie.

S’agit-il de relations

  • de pouvoir
  • de complicité,
  • d’ambivalence,
  • paradoxales,
  • paternalistes, condescendantes,
  • d’opposition, rivalité, jalousie
  • de contrôle, de renversement,
  • de coopération,
  • de manipulation ou d’influence,
  • d’authenticité,
  • de neutralité,
  • d’indifférence,
  • etc. ?

Ces relations sont-elles de nature

  • interpersonnelle (amicales, familiales, amoureuses…)
  • professionnelle,
  • institutionnelle,
  • sociale,
  • autre ?

Dans l’exemple 3, entretien annuel de Renaud Bouthier, les relations professionnelles avec sa supérieure hiérarchique relèvent d’un rapport de pouvoir. L’examen de la gestuelle, des intonations, des paroles et de la situation professionnelle le montre. L’analyse de cet entretien fait apparaître des rapports de pouvoir cachés, conscients ou non, derrière une cordialité apparente.


RESSOURCES

Les types de relations (pdf) : Vivre en relation de Gilles Pho et Saverio Tomasella, Éditions Eyrolles 2007, Chapitre 3

Verbal et non-verbal (pdf et vidéos) : nos gestes, nos mimiques (faciales), nos attitudes, leur relation à nos paroles


ENTRAÎNEMENT
COMMENT CONSTRUIRE L’EXPOSÉ ?

En règle générale, si vous parlez d’un regard, vous montrez un regard ; si vous commentez un mouvement, vous montrez un mouvement ; si vous parlez d’une parole associée à un mouvement, vous montrez une parole et le mouvement correspondant.

Organisation possible d’une diapo. À gauche, les éléments à commenter (verbal et non verbal) | À droite, les mots clés de votre commentaire

+ Commentaire complètement intégré, en pastilles sonores indépendantes ou en votre présence.

Une fois la dynamique de la situation déterminée, c’est-à-dire la nature des relations entre les personnes en présence (ou thème), vous prendrez en compte, s’ils sont pertinents, les points suivants pour illustrer| vérifier votre thème :

  • les relations statutaires entre les personnes (mariés, collègues, etc.) ;
  • l’espace (distance, usage des objets, emplacements, déplacements) ;
  • les discours (mots, insistances, figures de styles éventuelles, tonalité…) ;
  • les silences ; les pauses ;
  • les attitudes non verbales (codifiées ou involontaires : mimiques ou gestuelles ; habillement) ;
  • La mise en relation des différents éléments (opposition parole/gestuelle, par exemple) ;
  • d’autres éléments pertinents ;
  • Conclusion synthétique sur la situation.
EN BREF | PLAN DE BASE
6-7 minutes d’exposé, extrait compris

INTRODUCTION

1. La source choisie, avec les références précises, selon les codes universitaires – par exemple, pour une émission télévisée ou une fiction (une diapo sans commentaire) :

  • Émission Zone Interdite, « Mes parents sont homosexuels, et moi dans tout ça ? », diffusé sur FR3, à 23 heures, le 27 janvier 2013.
  • La famille Bélier, Éric Lartiguau, 105 mn, sortie le 7 novembre 2014 (France), avec Loane Emera et Karine Viard.

2. Le contexte immédiat de la situation (15-20 secondes)

DYNAMIQUE DE LA SITUATION

(Vous prendrez en compte, s’ils sont pertinents, les aspects suivants de la situation) :

  1. Espace, positionnement, utilisation d’objet…
  2. Mimiques (expressions du visage)
  3. Gestuelle, position
  4. Paroles, intonations, silences
  5. Etc.

> Chaque élément est illustré par des images | saisies d’écran de la situation (verbales ou non verbales, ensemble ou séparément).

CONCLUSION
  1. Synthèse des découvertes verbales et non-verbales
  2. Ouverture sur le contenu
ÉVALUATION DE LA PRÉSENTATION ORALE
  • L’exposé individuel durera 5-6 minutes (+ visionnage de l’extrait) au maximum et conduira à émettre des propositions concernant les relations apparentes et cachées, explicites et implicites, sociales et interpersonnelles que les personnes entretiennent dans la situation choisie ;
  • L’exposé oral peut être enregistré ;
  • ou présenté devant la classe ou en visio ;
  • ou présenté par groupe choisi de 3 ou 4 personnes. L’évaluation se fait alors en dehors des cours, sur une plage horaire choisie en commun, avec l’enseignant.
  • L’exposé et l’évaluation collégiale, faite par les pairs et le prof, durent 15 minutes.

NB : Le film sert de prétexte. Il propose une situation transposable à la réalité. Il ne s’agit donc pas d’une analyse filmique.

Fiche d’évaluation en pdf.


Les exemples suivants ne sont pas des modèles… mais des exemples.

EXPOSÉ COMPLET 1 | Le Diable s’habille en Prada | Coline L. (2020)

Cliquer sur Diaporama > À partir du début

EXPOSÉ COMPLET 2 | Les petits mouchoirs (2010) | Thibaut V. (2020)

Cliquer sur Diaporama > À partir du début

EXEMPLE DE DIAPORAMA | Homeland (Saison 5, épisode 1) | Emma R. (2020)
EXEMPLE 4 | SITUATION ÉCRITE | Un entretien professionnel annuel

Marie-José Plé est la nouvelle gérante d’une petite entreprise commerciale. Elle a décidé de réserver un moment dans l’année pour mener des entretiens annuels d’évaluation. C’est pour elle un moment privilégié de communication qui lui permet de rencontrer individuellement et personnellement chaque salarié de l’entreprise. Elle reçoit Renaud Bouthier, menuisier et salarié depuis 8 ans.

Source pédagogique perdue (mes excuses aux auteurs, qui peuvent me contacter).

ANALYSE PARTIELLEMENT RÉDIGÉE

Contexte

Le contexte professionnel de l’entretien impose des codes hiérarchiques, appliqués différemment selon la personnalité des personnes. En apparence bienveillant, cet entretien formel perpétue un rapport de pouvoir, volontaire ou non, entre les personnes en présence. L’examen des mots, des situations et des postures fournit des éléments dans ce sens.

Attitudes & postures

D’emblée, la hiérarchie est posée. Responsable assise, subalterne debout. Invitation à s’asseoir, acceptation docile. La responsable conduit l’entretien et mobilise la parole. La confiance du subalterne semble modérée malgré les invitations réitérées de sa responsable.

Bilan 1. On observe une dissymétrie des postures et des positions dans l’espace et dans la distribution de la parole.

Dissymétrie & décalage

Cette dissymétrie signale aussi un décalage. RB et MJP ont rendez-vous. La responsable n’est pas disponible et fait attendre son subalterne debout.

Bilan 2. La responsabilité n’impose pas le manque de courtoisie. Elle l’oblige !

Écouter, entendre

Les invitations à s’asseoir, à parler (« vos souhaits »)  ou interrompre ; la formule d’introduction (« Vous allez bien ? ») ; la bonne volonté apparente (« je souhaite que vous puissiez être entendu ») rencontrent en réalité une écoute inattentive (la responsable ignore la réponse de Bouthier « un peu tendu » ; elle n’entend pas sa demande de responsabilité et lui propose son idée de déplacement ; elle semble centrée sur ses objectifs et signale involontairement son impatience (« Je vois, je vois… »).

Bilan 3. La responsable entend Bouthier sans l’écouter véritablement. Elle n’est pas avec lui ; elle se tient devant lui dans un rapport de force implicite.

Conclusion

Sous des allures feutrées, la responsable impose, consciemment ou non, un rapport de pouvoir, accepté en apparence, mais ressenti par le subalterne. La difficulté à parler de B est peut-être le signe d’une résistance passive à cette fausse écoute. L’authenticité de la relation et la valeur de l’entretien posent questions.