GROUPE D’ANALYSE DE LA PRATIQUE PROFESSIONNELLE

Ce dispositif est proposé pour aider un.e collègue à clarifier ou aborder différemment une situation professionnelle qui lui pose problème ou la met en difficulté. Il permet d’expérimenter l’écoute, l’empathie, la congruence et l’acceptation (quelques précisions sur ces attitudes ICI).

Le GAPP permet aussi des propositions, des solutions et des ouvertures. Il peut être mis en place entre pairs qui se connaissent, se respectent et s’apprécient, l’animation se faisant sous la responsabilité de chaque membre du groupe. Il peut aussi être facilité (animé) par une personne extérieure formée à ce type d’accompagnement (c’est mon cas).

CONFIDENTIALITÉ

Un groupe d’analyse des pratiques, qui engage la personne intime et professionnelle des participant.es, suppose la confidentialité des échanges.

La confidence appelle la confidentialité. Les deux renvoient à la confiance partagée.

Le lieu doit être inaccessible et clôt ; tous les propos tenus à cette occasion doivent restés dans le lieu, le temps et entre les personnes qui les ont prononcés. Aucun des participant.es n’y revient ni ne les commente ensuite, à l’extérieur, même avec les personnes du groupe.

+ d’informations ici

DÉROULEMENT

Cette analyse collective se fait en groupe de 10-12 personnes (pas moins de 5-6) en suivant certaines règles précises :

1. Un temps est donné à un.e participant.e « A » pour présenter une situation qui lui pose problème ou avec laquelle il se sent en difficulté.

2. Quand il termine, les participants sont invités à poser les questions nécessaires leur permettant de mieux comprendre la situation de leur pair.

3. Le temps des questions se termine après une dizaine de minutes et les participants sont invités à éclairer leur collègue en répondant par écrit aux trois questions suivantes :

  1. Voilà ce que cette situation m’évoque.
  2. Si j’étais à ta place, voilà ce qui me gênerait, ce que me serait difficile.
  3. Si j’étais à ta place, voilà ce que je ferais.

Ensuite, à tour de rôle, en prenant chaque question l’une après l’autre, chaque participant lit sa réponse.

À la fin, les feuilles peuvent être données à la personne qui a exposé la situation. Les commentaires et avis cessent alors et le groupe est clos.

PROLONGEMENT

PEDAGOPSY. Jacques Nimier, Une histoire des origines des groupes d’analyse des pratiques (1922-1995) Consulté le 24 sept 2017, http://pedagopsy.eu/histoire_origine_gapp.html